Chat with us, powered by LiveChat

Les allergies et les intolérances sont à la hausse, en particulier vis-à-vis des produits alimentaires. Dans certains pays, ce taux avoisine même les 40% de la population adulte. Mais si vous pensez souffrir d’une allergie ou une intolérance, comment isoler l’agent allergène?

Hélas, trouver le test idoine pour déceler votre allergie alimentaire peut s’avérer plutôt compliqué, étant donné le nombre de tests existants. Comment sélectionner alors le meilleur test, au meilleur prix ?

Que faire si vous pensez souffrir d’une allergie alimentaire ?

Dans un tel cas, les spécialistes vous conseillent de tenir un journal de bord de votre alimentation, afin de tenter d’identifier la substance allergène. Lorsqu’il y a soupçon, il est alors préférable d’exclure cet aliment de votre quotidien, surtout si les symptômes sont violents.

Dans un premier temps, très souvent, les patients se tournent vers un dermatologue ou un gastro-entérologue ou un ORL en fonction de ces symptômes, voire un pédiatre lorsqu’il s’agit d’un enfant, spécialistes qui devraient dans ce cas vous orienter vers un allergologue.

Tests traditionnels à prescrire.

  • Tests cutanés : les tests cutanés sont les tests les plus courants et les moins onéreux. Il est très aisé de s’en procurer en pharmacie ou au supermarché, dans les rayons de parapharmacie. En cas de doute quant à leur utilisation ou au vu du résultat, consultez alors votre médecin traitant qui vous orientera vers un immunologue.
  • Tests sanguins : des analyses de sang, appelées tests RAST (radioallergosorbent testing) peuvent également être entreprises. Ceci mesure les niveaux de protéines d’immunité IgE en réponse à des substances spécifiques auxquelles vous pourriez être allergique.
  • Patch : d’autres tests peuvent inclure des patch contenant la substance incriminée, et collés sur la peau, ils permettent de constater ou non l’apparition des symptômes.

En dehors de ces tests, qui ont par ailleurs prouvé leur efficacité pour déceler l’existence ou non d’allergies alimentaires, il est possible de se tourner vers d’autres méthodes paramédicales, mais gardez à l’esprit que la plupart d’entre elles ont peu ou pas de preuves scientifiques quant à leur réelle efficacité.

Tests alternatifs

  • Kinésiologie : en kinésiologie, les réponses musculaires à certains allergènes sont testées. La théorie derrière cela est que les allergènes entraînent des déséquilibres dans les niveaux d’énergie.
  • Tests capillaires : le test capillaire examine les champs d’énergie autour des cheveux. Il est utilisé pour détecter les drogues récréatives, mais son rôle dans les allergies et les intolérances n’est pas prouvé.
  • Tests électrodermiques : les tests électrodermiques reposent sur le concept selon lequel il existe différentes lignes d’énergie sur tout le corps, comme dans l’acupuncture. La théorie est que la conductance électrique de la peau à certains points d’acupuncture est mesurée et que ces niveaux peuvent être décrits comme des niveaux d’énergie «normaux», «faibles» ou «forts». Vous recevez ensuite des conseils sur la manière de récupérer le bon solde, ce qui peut inclure des exclusions de certaines substances. Les défenseurs d’une telle méthode affirment qu’il peut également détecter les carences en vitamines.
  • Tests du pouls : ici, le pouls est mesuré après avoir consommé certaines substances. Selon les défenseurs, une augmentation du rythme cardiaque de plus de 4 battements par minute (supérieur à 3 si vous avez du sang de type O) suggère une allergie ou une intolérance à la substance. Un nouveau test est effectué un mois après avoir évité le suspect et si une réaction similaire se produit encore, ils recommandent d’éviter à nouveau la substance en cause pendant encore un mois. Si, après avoir fait cela trois fois, vous avez encore une augmentation du pouls, ils déclarent que vous devez absolument éviter cette substance.
  • Tests sanguins non IgE : vous devez même faire attention aux tests sanguins pour les allergies entreprises en dehors du cadre normal. Il existe différents types d’allergies et différentes molécules peuvent être impliquées. Les tests sanguins classiques examinent les modifications du taux d’immunoglobuline E. Cette protéine est impliquée dans ce que l’on appelle des réactions allergiques « immédiates ». Ces réactions produisent des symptômes soudains, tels que gonflement de la langue, gonflement de la gorge et de l’urticaire.

En conclusion

Quel test vaut-il mieux qu’un autre ? La réponse est simple : aucun d’entre eux. Si vous pensez que vous avez une allergie ou une intolérance, adressez-vous à votre médecin traitant. Ensuite, orientez-vous vers un spécialiste, il analysera vos symptômes et essaiera de déterminer les allergènes qui pourraient en être la cause et quels tests seront les meilleurs. Soyez averti cependant, vous devrez peut-être attendre quelques mois avant votre premier rendez-vous. Utilisez ce temps pour tenir un journal des symptômes.